Nouvelles En réponse à l'émission La Facture; Propos de la mairesse Mme Sonia Fontaine.

Détails de la nouvelle

En réponse à l'émission La Facture; Propos de la mairesse Mme Sonia Fontaine.

Publiée le 26 novembre 2021

 

 

À la suite de la diffusion du reportage de l’émission La facture le mardi 23 novembre 2021, qui traitait des problèmes d’une citoyenne, Mme Proulx, avec son installation septique, la Municipalité de Pointe-Calumet souhaite présenter les faits qui ne furent pas intégrés au reportage pour éviter toute erreur d’interprétation.

Puisque les faits présentés étaient incomplets et n’exposaient pas les actions importantes que l’administration et ses dirigeants ont effectuées, la mairesse, Mme Fontaine, a tenu à remettre les pendules à l’heure en déclarant ce qui suit :

« L’équipe de La facture avait préalablement fait parvenir à la direction générale les questions sur les sujets suivants : le traitement des boues de fosses septiques et le dossier de la citoyenne, Mme Proulx. Une fois sur place, le reportage a pris une tournure surprenante ; nous avons ressenti un manque d’objectivité dans le traitement du dossier.


Accompagnement

Pendant plusieurs mois, nous avons accompagné Mme Proulx dans ses questionnements sur le rôle de la Municipalité dans la gestion des vidanges de fosses septiques, mais sa motivation était de trouver un coupable de la mauvaise performance de son système septique. Après plusieurs échanges et explications de la part de nos employés, nous avons finalement décidé d’impliquer le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, en plus de retenir les conseils d’un expert de la technologie BIONEST afin de renseigner Mme Proulx sur les différents éléments de ses équipements et sur les différentes composantes et obligations que prévoit le Plan métropolitain de gestion de matières résiduelles (PMGMR) de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM). Malgré nos nombreuses explications, la citoyenne continuait de contester nos conclusions et s’est mise à remettre en question la réglementation de la CMM et notre règlement sur le traitement des boues de fosses septiques. Nous lui avons rappelé que la Municipalité se devait de gérer la vidange des fosses pour répondre aux exigences du ministère et s’assurer du traitement des boues dans des sites reconnus par le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques. Nous lui avons expliqué que cela n’incluait toutefois pas la maintenance de son système septique.

Devant l’incompréhension de notre citoyenne, nous avons demandé à notre sous-traitant de procéder à une inspection de l’installation. Celui-ci a constaté que les problèmes de Mme Proulx provenaient de son installation septique, car des racines d’arbres s’étaient infiltrées dans les tuyaux, en plus d’obstruer grandement la fluidité de son système. Nous ne comprenons pas pourquoi les explications données à la journaliste de La facture n’ont pas été retenues et présentées. Pour nous, cela est choquant et témoigne d’un manque de respect pour notre administration et ses citoyens », a précisé Mme Sonia Fontaine.

Aucune plainte pour des problèmes de vidange sélective

 « Depuis que nous avons octroyé le contrat à l’entreprise Beauregard Environnement pour la gestion de plus de 2200 fosses septiques, nous avons reçu deux plaintes officielles concernant la qualité de la vidange de fosses septiques » a renchéri la mairesse.

Des actions concrètes

 « C’était la première fois que la Municipalité devait prendre en charge la gestion des vidanges de fosses. Nous avons eu un examen de contrôle sur notre appel d’offres et l’exécution du contrat par l’Autorité des marchés publics (AMP). Le rapport nous donnait des recommandations, telles que procéder à des vérifications, ce que nous avons fait. À la suite de nos vérifications, nous avons pu établir que l’entreprise ayant remporté notre appel d’offres possédait toutes les certifications requises par le ministère de l’Environnement pour transporter les boues. Elle est également sous contrat avec l’usine de Mirabel pour le traitement des boues, laquelle est aussi reconnue par le ministère de l’Environnement. Nous avons effectué nos vérifications, et notre enquête administrative fut concluante. L’entrepreneur exerce ses activités selon la réglementation en vigueur, possède les accréditations nécessaires et utilise les sites autorisés par le gouvernement du Québec », a poursuivi la mairesse.

Décision du conseil

 « Après diverses représentations et discussions avec les membres du conseil et notre administration, nous avons pris des décisions importantes pour la suite de cette histoire. La population en sera informé sous peu», termine Mme Fontaine.