La municipalité Historique

Historique

Pointe-Calumet évoque pour plusieurs d'innombrables souvenirs. Qui ne s'est pas laissé jadis dorer au soleil le long de ses plages sablonneuses?

Qui n'a pas emprunté le chemin de ce centre de villégiature pittoresque?


Jusqu'en 1953, Pointe-Calumet était tout simplement une paroisse de la Municipalité de Saint-Joseph-du-Lac; à cette époque, environ une trentaine de familles habitaient la Pointe. À la saison estivale, les familles de Montréal et des alentours y venaient nombreuses pour s'y baigner sur les belles plages tant recherchées. Comme c'était un endroit de villégiature, les gens y ont bâti des chalets en nombre considérable, ce qui a occasionné une augmentation de la population en période estivale.

En consultant les enquêtes qui ont été faites lors de l'installation des feux clignotants sur la route 29 à l'époque, on constate qu’entre 15 000 et 20 000 personnes entraient et sortaient de Pointe-Calumet toutes les fins de semaine. C'est par train, par autobus, par voiture que les gens se rendaient à Pointe-Calumet. Aussitôt arrivé à la gare, un taxi attendait pour transporter tout ce monde n'importe où dans la Pointe et au prix minime de 0,10 $. Les plages fréquentées par les villégiateurs étaient la plage Desjardins, la plage Robert, la plage du Country Club et la Pointe à Demers. Bien entendu, certains préféraient les plages privées, et d'autres encore avaient droit de passage pour aller se rafraîchir. Il appert que la Pointe à Demers aurait été la raison d'être de la villégiature et la plus belle plage de Pointe-Calumet. La Pointe à Demers couvrait une superficie d’un mille et de six arpents de long par trois arpents de large. Aucune complication pour s'y rendre puisque le boulevard de la Chapelle à cette époque aboutissait à la Pointe à Demers.


La question des loisirs soulevait également un point d'intérêt majeur à l'époque. Il fallait songer au bien-être et à l'encadrement de ces jeunes villégiateurs. En juillet 1948, un groupe d'hommes d'affaires de Montréal, en collaboration avec un citoyen de Pointe-Calumet, fondait un organisme de loisirs bénévole baptisé «Loisirs de Pointe-Calumet». Le but était d'amuser sainement les jeunes et de leur fournir l'opportunité de rencontres plus fréquentes. Au cours des années 1948 et 1949, ceux-ci dénichent et acquièrent un terrain propice aux activités qu'ils se proposent d'organiser. Ce premier site est encore le principal centre d'intérêt des loisirs de Pointe-Calumet (terrain de tennis actuel). Le besoin de loisirs est si grand qu'une deuxième organisation «les loisirs Marie-Médiatrice» voit le jour sous le parrainage du curé de l'époque. Rapidement, une certaine confusion, issue de la présence de deux organismes de loisirs qui avaient en fait les mêmes objectifs malgré des principes idéologiques distincts, amène les deux directions à fusionner leurs ressources humaines. C'est ainsi qu'en 1956, la population de Pointe-Calumet assiste à l'émergence d'une organisation encore mieux structurée qui portera dorénavant le nom de «Calumet Sportif inc.».

picto historiquePointe-Calumet a gardé ce cachet qui lui est bien particulier et qu'il fait bon découvrir et explorer. Pour l'un, c'est un «port d'attache», pour l'autre, une attirance d'un «coin de campagne». Elle compte aujourd’hui 6 669 résidents permanents.


Retracez l’histoire de Pointe-Calumet en magnifiques images, d’hier à aujourd’hui !